Forum rp ( Vampire la Mascarade )
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Leif Dectellion, le Chevalier Anachronique

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Leif Dectellion, le Chevalier Anachronique   Mar 19 Aoû - 2:35

Nom : Leif Dectellion
Nature : Chevalier
Attitude : Solitaire
Concept : Destin injuste nourrissant une vengeance sans soif...
Génération : 7
Clan : Lasombras
Refuge :


ATTRIBUTS

PHYSIQUE
Force : 5
Dextérité : 2
Vigueur : 3

SOCIAL
Charisme : 3
Manipulation : 1
Apparence : 4

MENTAL
Perception : 3
Intelligence : 2
Astuce : 1


CAPACITES

COMPETENCES
Vigilance : 2
Athlétisme : 2 (dont 1)
Bagarre : 2 (dont 1)
Esquive : 3 (dont 1)
Empathie :
Expression : 1 (dont 1)
Intimidation : 4 (dont 2)
Commandement : 1
Larcin :
Subterfuge :

TALENTS
Animaux : 1
Artisanats :
Etiquette : 1 (dont 1)
Equitation : 4
Tir à l’arc : 5 (dont 2)
Mélée : 4 (dont 2)
Représentation :
Furtivité : 2
Herboriste:
Survie : 1

CONNAISSANCES
Sagesse populaire :
Erudition : 3
Senechal :
Investigation :
Droit :
Linguistique : 1
Médecine :
Occultisme :
Politique :
Sciences : 1


AVANTAGES

HISTORIQUES
Allié(s) :
Mentor :
Contact(s) :
Servant(s) :
Génération : 6 (Dont 1)
Ressources :
Statut :
Renommée :
Troupeau :
Influence :

DISCIPLINES
Discipline de clan n°1 : Domination
Discipline de clan n°2 : Obténébration 1
Discipline de clan n°3 : Puissance 2

ATOUTS (A) & HANDICAPS (H)

(H) Anachronique (+4): Aucune connaissance de la technologie après trop de temps passé en torpeur.
(H) Présence inquiétante (+2): Les humains ressentent quelque chose de malsain et vous évite
(H) Contact Glacé (+1): Les fleurs fanent lorsque vous les toucher

VERTUS
Conscience : 1
Maitrise de Soi : 3
Courage : 5

HUMANITE

4

VOLONTE

5




Histoire :

Quelque part dans les sombres allées gravillonneuses de Hongrie, non loin de Budapest, trône un blason sur une grille. Le loup combattant le griffon, le blanc se mélangeant au rouge pourpre, les deux emblèmes de la noble famille Dectellion. Une grande famille de Hongrie. Connu pour sa présence à la cour Hongroise depuis plusieurs siècles déjà, au milieu du bas moyen age.

C’est dans le domaine familial que naquit Leif, en 913 après Jesus Christ. Son enfance fut des plus normales, il était destiné à devenir chevalier pour défendre le royaume à la cour du roi, fils aîné qui devait succéder à son père capitaine de la garde royale. Il appris donc à manier l’épée et les armes blanches, mais non sans oublier une instruction obligatoire en sciences et en lettres, car à la cour, la famille Dectellion devait de garder sa réputation d’êtres raffinés. C’est ainsi qu’il parcoura son adolescence, dans les bouquins et dans les armes, forgeant son esprit et son bras. A ses 15 ans, il failli mourir en tombant de cheval, restant inconscient pendant trois jours. Mettant la plus grande crainte dans l’esprit de ses parents, peur tout d’abord de perdre leur fils, mais ensuite peur qu’il ne veuille plus jamais monter à cheval et soit contraint d’abandonner la voie de la chevalerie. Mais, ne voulant rester sur un échec, à la surprise de tous, quelques jours après s’être rétablis, n’attendant pas d’enlever bandages et pansements, il remonta à cheval avec l’idée en tête d’être le meilleur des meilleurs.

Les années passèrent et l’age de devenir un homme arriva enfin. Il avait 18 ans à l’époque où il commença à participer aux ballets et fêtes princières où tout les gens de la haute s’adonner à tous les plaisirs, dont le plaisir de la chair. C’est durant ses 20 ans, en plein printemps, qu’il la rencontra, elle, lors d’un bal royal. Une jeune aristocrate appartenant au royaume de France et qu’il avait pour mission de protéger pendant son séjour en Hongrie : La Duchesse Flore de la Vallière. Flore avait les cheveux longs blonds dorées, de grands yeux bleus portant sur le lapis-lazuli et un corps svelte bien en formes. De taille moyenne et mince, juste ce qu’il fallait la où il fallait. Et il ne fallut pas longtemps pour que cette mission tourne au cauchemar. La jeune femme portait sur elle un grimoire qu’une secte voulait récupérer. Un livre transmis de génération en génération, dans sa famille et qui parlait de mystérieuses recettes de sorcières. Et Leif devait protéger cette femme qui était venu étudier et demander conseils à propos de ce livre et du mythe qui le hantait.

Pendant plusieurs mois, il hanta ses pas, et les deux âmes finirent par se mélanger pour nourrir un amour des plus grands, un amour éternel. Ils se marièrent à l’église Matthias, les deux maisons présentent, dans la « perle du Danube » : Budapest. Flore et Leif s’installèrent au manoir Dectellion, pour y vivre, lui voulant connaître la France et elle ne voulant pas partir. Jusqu’au jour où le cauchemar arriva. Le royaume de Hongrie était à feu et à sang, un seigneur plus à l’est avait décidé d’envahir la région, le roi dépêchant ses meilleures armées pour repousser l’attaque. Leif, faisait partie de ces hommes, de cette cavalerie qui perça les lignes ennemis. Mais rien n’y fit, ils furent tous massacrés car un mal plus grand qu’il ne pouvait imaginer dormait au sein de ces hommes protégeant ce seigneur dont la tête gisait sur le sol…

Pendant plusieurs semaines, ont le cru mort, à la grande tristesse de Flore qui avait perdu la seule personne qui comptait encore pour elle. Pendant ce temps, l’armée d’envahisseurs n’ayant plus de seigneur se retira des terres de Hongrie, repoussée et désordonnée, mais non sans garder quelques prisonniers. Une légende raconte qu’on entendit les hurlements des prisonniers pendant quatre pleines lunes et qu’à la dernière, on n’entendit plus jamais rien dans les entrailles du château de ce seigneur de l’Est.

Un jour, un homme franchit les portails de la maison Dectellion, sans armure et semblant lacéré de toutes parts… vêtements déchirés et semblant avoir voyagé sur des lieux sans boire ni manger. Un homme que ces lieux connaissaient, puisqu’il y était né. On ne pouvait tromper Flore sur cet homme, cette démarche, cette façon de se tenir à cheval, ses cheveux, son regard, ses traits et son visage. Oui, elle le reconnu, c’était son époux, Leif de la maison Dectellion, survivant de la torture des quatre lunes. Mais quelque chose avait changé en lui… il était froid, comme si la fièvre l’avait pris, son poult n’était plus comme si il était mort et aucuns médecins hongroie n’étaient à même de dire ce qu’il avait. Mais étrangement, le lendemain même de son apparition, en pleine nuit, il se leva et les seuls mots qu’il prononça furent ceux-ci : C’est le livre qu’ils voulaient. Avant d’entraîner son épouse afin de lui raconter tout ce qui lui était arrivé dans les entrailles de cette forteresse. Il lui parla de démons et de sangs, de tortures et de souffrance, de fêtes et ballets funestes, tout dans une nuit des plus sombres.

Puis, il lui révéla qu’il avait était mordu, qu’il était maintenant caïnite et donc immortellement mort-vivant. Aveuglée par l’amour, elle ne fut pas effrayé et resta auprès de lui. Lui voulant lui offrir l’immortalité et elle refusant préférant profiter de chaque seconde à ses côtés. Les années passèrent et c’est ce qu’ils firent, jusqu'à ce que la vie lui échappe. Le livre, ils avaient fini par en dévoiler les secrets, ca parlait d’une vieille famille vivant en France et adepte de sorcelleries, plus particulièrement l'obténébration. Flore était l’héritière de ce patrimoine et elle en apprit l’art à son mari pour qu’elle vive éternellement dans son cœur si froid depuis sa mort ce jour où il failli…sur le champ de bataille. Il l’enterra dans un lieu secret connu de lui seul, comme pour la protéger à jamais… à la manière celtique, comme elle le désirait ardemment et lui en avait fait vœux. Lui versant quelques gouttes de sa vitae sur la terre encore fraîche comme pour lier à jamais cet amour qu’ils avaient vécu. Pour enfin partir sur son cheval, errant de nuit en nuit en Hongrie et dans les pays voisins. Son cœur si froid mais tellement chaud d’une colère insatiable, cette envie de venger son état, celui qui la sépara de ce qui lui était le plus cher, n’ayant plus aucun goût pour son immortalité.

Son chemin et sa vengeance l’emmenèrent jusqu’à un royaume, alors que plusieurs siècles étaient passés. Celui du dragon blanc, un château au milieu d’une ville médiévale où la nuit régnait une certaine terreur cachée. Son cœur était noir à cette époque et jamais il ne pu s’agenouiller devant ce Prince, jamais il ne prêta une quelconque allégeance. Non, sa tristesse aigrie était trop grande. Il en avait marre de tout ca, marre de souffrir et appris à cette cour qu’il pouvait dormir longtemps, très longtemps, laisser la souffrance se dissiper, rejoindre un temps l’âme de son épouse au royaume du ciel. Et c’est ce que fit ce talentueux homme d’arme qui n’avait plus vraiment l’allure d’un Humain. Mais son sommeil fut plus long que prévu car sa haine était trop grande… il dormit pendant huit siècles avant de se réveiller l’esprit beaucoup moins torturé mais toujours pensant à son amour perdu. Juste que les années avaient fait qu’il pouvait enfin sortir de sa torpeur.

Mais hélas, le monde avait bien changé et le premier réflexe qu’il ai eu c’est de voler un cheval, seul moyen de locomotion qu’il connaissait et qu’il savait utiliser, si ce n’est ses propres jambes. Il avait faim, faim de sang, faim de combats, faim de souffrance mais surtout faim de vengeance. Des larmes coulant sur un visage sans expression… tel était cet homme.
Revenir en haut Aller en bas
 
Leif Dectellion, le Chevalier Anachronique
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dédicace au chevalier Martineau
» Le Silure, Chevalier Noir
» [Blog] Film bionicle chevalier d'émeraude
» Leif haraldson, pandawa air sur menalt.
» Chevalier Gris

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
VAMPYR BLOODVILLE :: Clans :: Sabbat :: Lasombra-
Sauter vers: